Histoire du CSI-CR Orbe

Le 8 janvier 1953, l’établissement d’assurances contre l’incendie et autres dommages du canton de Vaud informe

la municipalité de sa volonté de créer un centre de secours contre l’incendie (CSI) à Orbe.

Le 17 novembre 1955, le conseil communal accepte le préavis concernant la demande de l’ECA. Il décide d’autoriser la municipalité à créer le CSI selon les directives et sous le contrôle du Département militaire et des assurances.

Il accorde à la municipalité les crédits nécessaires soit la somme de Frs 25’000.– .

Voilà comment a commencé cette grande aventure.

28 octobre 1953 Le commandant donne quelques renseignements au sujet de l’achat éventuel  d’un véhicule à moteur.

27 janvier 1955 Le DMA demande à quoi en est l’étude d’un centre de secours à Orbe, centre de secours prévu dans le plan cantonal de défense contre le feu. Après amples discussions et renseignements donnés à M. Milloud au sujet des multiples avantages qu’apporterait à la ville d’Orbe ce centre de secours, M. Milloud informe l’Etat-major qu’il interviendra auprès de la municipalité.

29 juin 1955 Séance réservée entièrement à l’étude du nouveau centre de secours. Les offres des maisons Deutsch-Magirus, Mercedes-Benz et Saurer sont examinées.

23 novembre 1955 MM.Milloud et Antonietti ont eu l’occasion de se rendre au DMA pour discuter de l’organisation du CSI. Après une sérieuse discussion, il est décidé que malgré ses multiples occupations, le commandant Antonietti prendra le commandement du CSI assisté par deux adjudants, capitaine Mingard et capitaine Caillet. Au vu de l’état nominatif du bataillon, une première liste des officiers, sous-officiers et sapeurs pouvant entrer en ligne de compte pour faire partie du CSI est dressée. Un avis paraîtra également dans la Feuille d’Avis d’Orbe.

18 avril 1956 Les capitaines Mingard et Caillet et le sergent Ney de la compagnie 5 passeront leur permis de conduire. Le commandant s’entendra avec l’auto-école Rochat à Orbe et M. Fiaux, chef des travaux, pour l’utilisation de la jeep communale. M. Milloud donne d’intéressantes explications concernant la transformation de la Maison Lebel en garage pour le camion du CSI. La municipalité a porté son choix sur un camion Magirus  à refroidissement à air.

5 septembre 1956 Une séance aura lieu avec deux représentants de la Maison Magirus concernant certains dispositifs à prévoir sur le camion CSI.

28 décembre 1956 Le QM passe commande ferme auprès de la Maison Taillens à Lausanne, pour le matériel CSI, selon la liste établie lors de l’entrevue que l’Etat-major a eue. Une offre sera demandée à la Maison Tempelhof, à Neuchâtel, pour la fourniture de dix vestes de taille normale, dix doublures amovibles, dix pantalons avec ceintures réglables, six protège-nuques, six paires de moufles à doublure, le tout en Teled ininflammable.

8 janvier 1957 Un troisième groupe sera installé et les trois groupes serviront pour l’alarme du CSI. – Groupe 1 : Antonietti –Milloud – Suri – Erni – Kocher – Furrer – Barras – Radicevic – Miauton –Gueissaz. – Groupe 2 : Mingard –Nicole – Dubath – Muller – Rykart – Kundig – Troyon – Ney – Monnier –Pletscher. – Groupe 3 : Caillet –Schwendli – Tripod – Tharin – Cuany – Puippe – Siegrist – Monnier – Troyon – Blattner. Les détenteurs de permis poids lourds sont : Suri – Pletscher – Dubath – Tripod.

20 février 1957 Le camion du CSI, commandé le 21 août 1956 devrait être livré dans un délai de 7 à 8 mois, soit le 21 mars ou 21 avril 1957.

Séance du 18 mars 1957 Selon renseignement obtenu de l’inspecteur cantonal Schütz par le commandant, le budget pour l’achat de matériel nouveau destiné au CSI ne doit pas dépasser Fr. 5’000.- par année. Le prix de l’heure de conduite pour le permis de poids lourds est de Fr. 20.- à Fr. 25.-.

Séance du 15 avril 1957 Le châssis du camion Magirus arrivera le 15 avril à Lenzbourg et sera livré le 23 avril à la carrosserie du Relais à Yverdon.

15 mai 1957 L’instruction aura lieu par groupes : 1er groupe lundi, 2ème groupe mercredi, 3ème groupe jeudi. La solde est fixée comme suit : CSI , exercices, instructions, entretien du matériel : Fr. 3.-de l’heure, sinistre hors commune , Fr. 5.- la première heure. Fr. 4.- la deuxième heure, Fr. 3.50 les heures suivantes. CSI commune Fr. 4.- la première heure, Fr. 3.- la deuxième heure. CSI bataillon  Fr. 2.- l’heure, garde du feu Fr. 3.- de l’heure.

23 septembre 1957 Il est discuté de l’emplacement des différents engins lors de la venue du camion, la grange de la commune s’avérant trop petite, on opte alors pour le local à la rue des Remparts.

7 octobre 1957 Le camion est à nouveau au Relais pour diverses modifications. Il est également décidé de faire poser une prise de chauffage au local, d’installer le téléphone au local. De payer 100 % l’installation du téléphone aux sapeurs qui ne l’ont pas encore, de verser Fr. 50. à chaque sapeur par année pour le téléphone.

Dimanche 19 janvier 1958 Une démonstration du camion CSI sera faite à l’occasion de l’assemblée des commandants du district.

22 janvier 1958 Le QM demandera un plan des points d’eau, hydrantes, réservoirs, etc., à chaque commune du rayon d’action. En outre, lors de la mise en action du CSI, des précisions seront demandées au sujet du numéro d’alarme 18.

Samedi 10 mai 1958 Le centre de Secours Incendie d’Orbe sera officiellement inauguré. Après la présentation du camion Magirus, de la motopompe et du matériel accessoire, le CSI fera une démonstration pratique. Ensuite un vin d’honneur sera offert par la municipalité.

11 avril 1960 Selon lettre de l’ECA à la municipalité, il ressort que les budgets sont quelque peu exagérés. Ceux du bataillon et du CSI sont à présenter séparément, le 15 janvier de chaque année pour le CSI, le 31 mars pour le bataillon.

Elaboration de la liste de piquet pour la période suivante.

Le commandant donne connaissance de la réponse de l’ECA à notre lettre du 16 février concernant l’achat du 2ème véhicule. Notre proposition d’un fourgon VW ne retient pas leur attention. Un subside peut nous être accordé pour des véhicules auxiliaires à traction sur quatre roues. Il ne reste qu’à attendre les diverses offres et soumettre l’étude à la municipalité.

15 août 1960 L’EM décide le modèle du véhicule auxiliaire. Il est unanime pour la Land-Rover. La municipalité est chargée de provoquer des offres auprès des commerçants de la place.

22 septembre 1960 M.Millioud informe l’EM que le choix s’est porté sur le garage Duperrex pour l’achat de la Land-rover. L’ECA accorde un subside de 70%.

Samedi 26 novembre 1960 Reconnaissance de la Land-rover par le Conseil Communal d’Orbe.

6 janvier 1961 Il est demandé à la municipalité quelles sont ses intentions quant au local du feu actuel rue des Remparts, s’il est judicieux d’en entreprendre la révision des stores ou autres transformations urgentes.

31 août 1961 Le commandant donne connaissance d’une lettre de la municipalité relative au transfert du local du feu au lieu-dit Creux de Rave. La décision est unanime, trop décentré, rapidité de l’alarme comprise. Nous proposons l’immeuble des abattoirs, place de la Gare, qui nous apparaît idéal.

13 juin 1962 Après le sinistre des Prés Neufs, nous attendons la réponse de l’ECA au sujet des communes ou du rayon d’action extérieur du CSI. Rayon d’action district d’Orbe plus la vallée de Joux.

Le dernier samedi de fin de mois Nous faisons le contrôle de la sirène plus l’auto-appel du camion, et les 3 groupes du CSI.

1967 Construction de la caserne à l’emplacement des Abattoirs, place de la Gare.

 

Notre centrale d’alarme était au poste de gendarmerie à Orbe jusqu’en 1982.

De 1957 à 1964, les compagnies faisaient, avant l’instruction aux engins, des rassemblements, en colonne par deux, sur un rang etc. ceci pendant environ 10 min.

Nous avons aussi eu à l’époque un fourgon Ford d’occasion que nous avions agencé en bureau pour les plans d’intervention, PC avancé dans les sinistres, rapports etc.

Après avoir mis hors service la Land-rover, nous avons fait l’acquisition d’un Pronto.

20140129_172210

Vers les années 70, nous avons changé d’appellation du CSI au CR qui veut dire Centre de Renfort.

Début année 1972 : Lors d’un accident de voiture sous le train à Vallorbe au passage à niveau de Point Bœuf, nous avons fait notre première désincarcération avec les outils présents dans les véhicules.

En rentrant de l’intervention, j’ai téléphoné au municipal en lui rappelant que si l’on voulait continuer à faire les accidents, il fallait s’équiper du matériel adéquat.

Aussitôt dit aussitôt fait. Comme le salon de l’automobile allait s’ouvrir, le municipal me donna l’ordre d’aller acheter du matériel de désincarcération. Nous sommes allés avec Pierre Arnold acheter une cisaille et un écarteur hydraulique avec pompe à main. Voilà le début des interventions sur les accidents.

Quelques années plus tard le CR faisait l’acquisition d’un nouveau matériel de désincarcération.

Nous avons eu plusieurs Inspecteurs
Francis Mathey 1945 à 1974
Maurice Laffely 1975 à 1991
Raymond Collard 1992 à 2005
Serge Berthoud 2006 à 2013
Pour les Commandants
Jean Antonietti 1957 à 1958
Jean-Pierre Mingard 1959 à 1968
Eddy-Jacques Roy 1969 à 1970
André Rapin 1971 à 1981
André Conod 1982 à 1992
Henri Germond 1993 à 1999
Pierre-Alain Wieland 2000 à 2007
Alexandre Cavalli 2008 à 2013

Ce texte a été écrit et prononcé par l’ancien commandant André Rapin lors de l’anniversaire du DPS d’Orbe, 50+1.

Dia0331